top of page

[La Presse] - Enlever le tabou des règles



Le mouvement pour enlever le tabou autour des règles est amorcé dans le milieu professionnel au Québec : une centaine d’entreprises se sont engagées à offrir des produits hygiéniques gratuitement à leurs employées alors que quelques-unes commencent à accorder des congés menstruels.


C’est par l’entremise d’un projet de Lara Emond, à la tête d’Iris et Arlo, une entreprise qui propose des produits menstruels écologiques, que plusieurs gestionnaires se sont engagés à offrir gratuitement des tampons, protège-dessous et serviettes sanitaires dans les toilettes de leur entreprise.

Ils appuient la start-up de Mme Emond dont les premières livraisons se feront à l’automne. « Nous avons jusqu’ici 115 entreprises qui embarquent dans le projet, précise l’entrepreneure avec enthousiasme, et elles sont de tous types : entreprises de services, manufacturières, PME, grands cabinets d’avocats, d’architectes... Et ce n’est pas fini ! »

Appuis forts

Elle souligne que Desjardins a accordé une somme importante en financement à Iris et Arlo, sans pour le moment se commettre à offrir des produits menstruels gratuitement. « Pas pour le moment, mais on travaille fort », spécifie Mme Emond.


Sur la plateforme d’autofinancement d’Iris et Arlo, les chefs d’entreprise ont pu placer une précommande de produits menstruels, selon la taille de l’entreprise, le budget alloué, le nombre d’employées concernées et leur type d’horaire (temps plein, en télétravail, etc.).

Olivier Laquinte, président de Talsom, une firme de consultation en management qui compte 120 employés dont environ la moitié ont des règles, fait partie de ceux qui croit à ce virage. Il l’admet : ses échanges avec Lara Emond lui ont ouvert les yeux sur la nécessité d’offrir gratuitement des produits hygiéniques.

« C’est important de le faire et c’est la responsabilité des entreprises de le faire, dit-il. Je me suis même demandé pourquoi on ne l’a pas fait avant... Je m’en voulais un peu. »

Mme Emond est catégorique : offrir des produits hygiéniques gratuits, c’est la base.

C’est comme offrir du papier de toilette ou du savon. C’est une question d’inclusion et d’équité. Et cela a un impact sur la dignité, la confiance et la productivité. Lara Emond, à la tête d’Iris et Arlo

Selon un sondage pancanadien fait en 2019 par l’organisation Plan International, 27 % des Québécoises ont affirmé avoir eu occasionnellement à sacrifier une dépense, que ce soit lié à la nourriture, au loyer ou aux loisirs, pour réussir à s’acheter des produits menstruels.

Coûts minimes

Au cabinet d’avocats Goldwater Dubé, qui compte une cinquantaine d’employés à forte majorité féminine, les produits hygiéniques sont offerts gratuitement depuis plusieurs années. « Ce n’est pas un enjeu d’offrir cela, martèle Me Anne-France Goldwater, tout comme le café, le thé, du Advil, du Tylenol, des pansements... C’est une question de respect, de considération et de décence humaine. »

Les coûts sont minimes, ajoute-t-elle. « Je viens de faire une commande et la facture a monté à 300 $ pour environ deux mois. » Même son de cloche chez Olivier Laquinte. « Côté budget, ça ne fait pas une grosse différence, c’est marginal », glisse-t-il.

Chez la maison de disques Bravo Musique, qui emploie 18 personnes, non seulement on offre les produits menstruels aux employés, mais aussi on accorde, depuis un peu plus d’un an, un congé menstruel. Celui-ci peut être pris au besoin par l’employée qui a des douleurs ou des inconforts liés à ses règles.

« La personne n’a pas à fournir un papier du médecin, elle n’a pas non plus à travailler de chez elle, dit Sabrina Cousineau, directrice générale de Bravo Musique. Elle peut se reposer et prendre soin d’elle. »

Mme Cousineau admet qu’il a fallu faire du renforcement positif, lorsque la mesure a été annoncée, pour que les employées osent effectivement s’en prémunir. « Il fallait nous-mêmes, à la direction, démontrer que c’était correct de prendre cette pause, note-t-elle. Il y a tout un tabou, encore, autour des menstruations ! »

À l’Association professionnelle des diffuseurs de spectacles, le congé menstruel est offert depuis juin dernier. « Les employées peuvent prendre congé si elles en ressentent le besoin, explique Amandine Chamard-Bois, adjointe à la directrice générale à l’association. Elles le font en toute discrétion, c’est une banque illimitée et c’est basé sur une relation de confiance. »

L’instauration des congés menstruels favorise l’attraction et la rétention des employés, selon Mme Chamard-Bois. « Ça ajoute du positif aux avantages offerts, dit-elle. Ça enlève un tabou, en plus de favoriser un climat sain. On voit ça comme une avancée importante. »

Sabrina Cousineau est du même avis : « Dans le domaine culturel, les salaires sont parfois limités, alors c’est une façon créative d’offrir un petit plus. Et puis, le coût de cette mesure n’est pas significatif mais l’impact, oui. »


0 vue0 commentaire
bottom of page