top of page

[Le Soleil] - Des entreprises veulent changer les règles

Dernière mise à jour : 11 mai 2023

En 2021, Andréanne Marquis a décidé de distribuer des produits menstruels dans les bureaux de son entreprise Womance. «Si le savon et le papier toilette sont fournis, je ne vois pas pourquoi les tampons et serviettes sanitaires ne le seraient pas», s’était-elle dit.

Elle a donc acheté des boîtes de différentes marques et mis les produits en libre-service dans les cabinets de toilette. «On est 34 filles au bureau. Les produits sont régulièrement utilisés», constate la cheffe d’entreprise.

Bien que l’idée était à la base d’enlever l’angoisse ou la gêne liée aux menstruations, elle croit qu’elle peut aussi contribuer à réduire le stress financier de celles qui ont un plus faible revenu. «Pour une entreprise comme la nôtre, c’est un coût minime. Mais pour une étudiante, ça peut avoir un plus grand impact dans son portefeuille.» Un mouvement sur le point d’être lancé C’est aussi le constat que fait l’entrepreneure Lara Émond. Le 8 mars prochain, elle lancera la marque Iris+Arlo et amorcera sa campagne de sociofinancement sur La Ruche. «On a déjà 115 entreprises et organisations qui se sont engagées à fournir des produits menstruels dans leurs milieux de travail», avance-t-elle.

L'entrepreneure Lara Emond est à la tête de la nouvelle marque Iris+Arlo. PHOTO FOURNIE PAR IRIS+ARLO

Les produits d’Iris+Arlo se différencieront de ceux des grandes marques, promet la fondatrice. «On voulait des produits sains pour la santé et l’environnement», indique Lara, qui a répertorié dans ses recherches de 20 à 30 ingrédients chimiques entrant dans la composition des produits standards. Les produits seront par la suite distribués aux entreprises, organisations et particuliers, sous forme d’abonnement mensuel.


Contrairement aux tampons réguliers, ceux-ci seront biodégradables.


Si les entreprises sont d’abord ciblées, c’est qu’elles sont à l’écoute et peuvent créer un effet d’entraînement, juge Lara Émond. «Au-delà de la marque, il s’agit d’un mouvement qui a pour mission d’amener davantage d’inclusivité et d’équité dans les milieux de travail. Même les entreprises qui ne sont pas majoritairement féminines ou qui n’ont pas de femmes à la direction ont embarqué dans notre projet», insiste-t-elle.

Parmi elles, on retrouve de grandes compagnies comme Les Emballages Carrousel, des PME comme Brouillard Communication et OMY Laboratoires et même des firmes-conseils comme Talsom.

Desjardins agira également comme partenaire d’impact et promet de doubler le montant amassé pour la communauté, jusqu’à concurrence de 50 000$.

C’est que la marque Iris+Arlo ne veut pas s’arrêter aux entreprises. Dans un deuxième temps, elle ira cogner à la porte des institutions publiques et scolaires, principalement dans les milieux plus défavorisés.

«On veut non seulement que toutes les personnes menstruées aient accès à des produits en tout temps, mais surtout que ces produits soient cohérents avec leurs valeurs», poursuit la fondatrice.

C’est pourquoi elle aimerait que les écoles proposent des tampons biodégradables ou encore des produits réutilisables, qui sont évidemment plus coûteux que les produits d’hygiène des grandes marques en pharmacie. Réduire le stress financier des femmes

Il y a quelques années, le Conseil du statut de la femme estimait les dépenses annuelles de produits menstruels jetables à 80$, soit 72$ pour des serviettes ou 86$ pour des tampons. Or, avec l’inflation et l’ajout de produits écologiques, la facture peut facilement doubler aujourd’hui. Sans compter le coût des antidouleurs, des compresses et des sous-vêtements tachés qu’il faut remplacer.

En mars 2022, une nouvelle étude par la National Union of Public and General Employees (NUPGE) estimait à 6000$ le coût moyen des produits menstruels à l’échelle d’une vie. Une telle somme pourrait couvrir des frais de garderie, plusieurs mois de loyer ou encore des sessions de cours, calcule le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF), qui milite pour éliminer la précarité menstruelle avec sa campagne Le Fil Rouge. Selon le RQASF, le Québec traîne de la patte. Plusieurs autres provinces canadiennes ont déjà légiféré afin d’offrir gratuitement des produits menstruels dans les établissements d’enseignement et publiques.

«Il faut que ça soit facile d’accès, renchérit Andréanne Marquis. Si une adolescente doit aller au secrétariat pour avoir un tampon, elle n’ira pas.» Elle continuera elle aussi à interpeller la communauté d’affaires, mais aussi les décideurs politiques. «Est-ce que je serais prête à mener ce combat? Je crois que oui.» «À mon avis, si ça touchait les hommes, et non les femmes, je crois que ça serait réglé depuis longtemps».

*** Vers les congés menstruels En février dernier, l’Espagne a adopté un projet de loi créant un «congé menstruel» pour les femmes souffrant de règles douloureuses. Il devenait le premier pays européen et l’un des rares au monde à intégrer cette mesure dans sa législation, à l’instar du Japon, de l’Indonésie ou de la Zambie. De plus en plus d’entreprises à travers le monde offrent la possibilité à leurs employées de prendre un «congé règles». Devrait-on le proposer au Québec? Les avis divergent. Certains employeurs l’incluent dans les congés de maladie ou mobiles. Pour des PME comme Womance, c’est le «gros bon sens» qui prévaut. «Si tu ne feeles en raison de tes menstruations, reste chez toi», répond Andréanne Marquis. ***

  • Une Canadienne sur quatre a déjà dû faire le choix entre acheter de la nourriture ou des produits menstruels (source: Iris+Arlo)

  • Une personne menstruée sur cinq au Québec a déjà utilisé des moyens alternatifs (papier hygiénique, tissu) pour se protéger en raison du prix des produits menstruels (source: Portrait du vécu des menstruations au Québec, RQASF)

  • 6000$ est le coût moyen des produits menstruels au Canada à l’échelle d’une vie (source: National Union of Public and General Employees, 2022)

La gamme Iris+Arlo sera distribuée dans les entreprises partenaires et en magasin.


4 vues0 commentaire
bottom of page